Contestation syrienne : La Ligue Arabe passe à la vitesse supérieure

Après la suspension de a Syrie à la mi-novembre, les pays membres de la Ligue arabe ont, pour la première fois, adopté hier dimanche 27novembre 2011 à une écrasante majorité des sanctions, dont la plupart sont de nature financière et commerciale, plus strictes à l’encontre du régime de Bachar al-Assad.

C’est un des coups les plus sévères auxquels la Syrie pouvait encore s’attendre en plus des sanctions européennes et américaines car la moitié des exportations et presqu’un quart des importations syriennes se font avec les pays limitrophes. Mis à part l’Irak et le Liban qui ont préféré se dissocier, les 19 autres membres que compte la Ligue arabe depuis la suspension de la Syrie ont voté en faveur d’un gel des transactions commerciales avec le gouvernement syrien et des comptes bancaires du gouvernement dans les pays arabes, de la suspension des liaisons aériennes entre les pays arabes et la Syrie et d’une interdiction de voyager dans les pays arabes pour des responsables qui sont encore à déterminer. Ces mesures ont immédiatement pris effet.

Ces sanctions sont la conséquence de l’ultimatum à la Syrie lancé par la Ligue Arabe qui réclamait en plus d’un arrêt définitif de la répression violente des manifestations une autorisation d’accès au pays pour des observateurs indépendants. De plus en plus isolé, la Syrie campe sur ses positions et poursuit la répression puisque selon l’OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l’Homme), 15 civils ont été tués ce même dimanche et 25 autres blessés par les tirs des forces de sécurité.

A propos de Fitzpatrick Georges 1374 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*