Irak : Le besoin en armes du gouvernement Central inquiète le Kurdistan

Nouri  al-Maliki, le Premier ministre irakien a sollicité hier dimanche une accélération des livraisons d’armes promises par les Etats-Unis aux forces armées. La région autonome du Kurdistan, en conflit avec Bagdad sur plusieurs dossiers, considère cette demande avec une certaine appréhension.

Le Premier ministre irakien a eu l’occasion de formuler sa requête à l’issue d’une rencontre avec le général américain James Mattis, le chef du ‘’Centcom’’, le commandement américain pour le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Ouest. L’Irak a acquis pour plus de 10 milliards de dollars d’armement américain. L’élément le plus remarquable dans cette commande est la présence de 36 avions de combat F-16. Mais ce formidable arsenal ne devrait pas être livré avant plusieurs années. Or, depuis six mois que les forces américaines ont quitté le pays, l’Irak fait face à de réelles difficultés techniques pour assurer la protection de son espace aérien et de ses frontières.

Les autorités de la région autonome du Kurdistan par contre ne voient pas d’un bon œil cette requête de Bagdad, craignant que cet arsenal militaire, en particulier les avions de chasse, ne soient utilisés contre eux. Il faut dire que les sources de tension entre le pouvoir fédéral et la région autonome sont nombreuses. Massoud Bazani, un dirigeant kurde, s’était en janvier dernier déjà officiellement opposé à cette transaction tant que Nouri al-Maliki serait à la tête du gouvernement irakien.

A propos de Fitzpatrick 1314 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*