Palestine : premier recours à l’ONU en tant qu’Etat observateur

A l’issue d’une réunion tenue hier à Ramallah autour du président Mahmoud Abbas et à laquelle participait un dirigeant du Hamas, la direction palestinienne a annoncé un recours au Conseil de sécurité de l’ONU au nom de l’Etat de Palestine pour condamner la colonisation israélienne.

Les Palestiniens demandent ni plus ni moins qu’une résolution contraignante du Conseil de sécurité de l’ONU contre Israël pour pousser l’Etat hébreu à arrêter toutes forme de colonisation. Israël a en effet décidé de passer à la vitesse supérieure dans la colonisation en réaction à l’accession de la Palestine au statut d’Etat observateur le 29 novembre dernier, et ce malgré l’opposition d’une partie de la communauté internationale et les réserves de son allié américain. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé de  nouvelles constructions. Et ce qui pousse les palestiniens à en appeler à l’ONU c’est que parmi les constructions annoncées par Israël figure le projet E1. Le tracé des constructions qu’il comprend divise la Cisjordanie en deux et l’isole de Jérusalem. Pour les palestiniens, si ce projet voit le jour, c’est la viabilité même d’une solution à deux Etats à la crise qui trouble la région depuis plusieurs décennies qui sera compromise.

La présence de Nassereddine al-Chaër, qui fut vice-Premier ministre et ministre de l’Education du premier gouvernement formé par le Hamas après sa victoire aux législatives de 2006 montre une autre conséquence inattendue de l’adhésion à l’ONU, le rapprochement entre le Hamas et le Fatah. A l’ouverture de la réunion, le président palestinien Mahmoud Abbas a rapporté des contacts avec les autorités égyptiennes qui parrainent le rapprochement entre les deux rivaux palestiniens. Une réunion devrait bientôt se tenir en Egypte à l’issue de laquelle Mahmoud Abbas espère que l’élan insufflé par la décision onusienne permettra aux deux partis palestiniens de régler la question.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*