Le Moyen-Orient aux portes d’un nouvel embrasement

Le Moyen-Orient aux portes d'un nouvel embrasementLe Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son nouveau ministre de la Défense Moshé Yaalon ont affirmé hier mercredi la ferme détermination d’Israël à réagir avec force à toutes les attaques que le pays pourrait subir. Ces déclarations chocs surviennent après des tirs sur le pays de roquettes et de mortiers en provenance de Gaza et du plateau du Golan syrien.

Cette nouvelle déstabilisation en perspective de la situation dans les Territoires est due à la mort controversée de Maisara Abou Madiyeh, un détenu sexagénaire palestinien mort mardi d’un cancer de la gorge en Israël. Ses funérailles doivent avoir lieu aujourd’hui à Hébron. Sa mort a provoqué une vive émotion en Palestine, où plusieurs palestiniens ont observé hier mercredi une journée de deuil, de grève et de manifestations, mais également de la colère.

Un porte-parole de la police israélienne a rapporté que deux roquettes avaient été tirées en début de matinée de la bande de Gaza vers la ville israélienne de Sdérot, mais sans faire de victimes. L’attaque a été revendiquée par le Majis Choura al-Moujahidine, une coalition de groupes salafistes de Gaza, auteurs la veille déjà de tirs de roquette contre Israël, « en réponse aux crimes juifs contre les prisonniers opprimés ». En représailles, trois frappes sur le nord de la bande de Gaza ont déjà été menées par l’armée de l’air israélienne.

La situation sur le Golan pourrait bien s’envenimer également. L’armée a annoncé qu’un obus de mortier syrien s’est abattu mardi soir sur la partie du plateau du Golan occupée par elle, suivi de tirs d’armes légères. L’incident qui n’a pas fait de victimes dans ses rangs a provoqué sa riposte en direction du territoire syrien. Le ministre de la Défense Moshé Yaalon affirme qu’Israël tient le régime syrien pour responsable « de ce qui se passe sur son territoire ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*