Syrie : Qu’attend l’occident pour intervenir?

6501322840205Voici plus de deux ans que la guerre civile syrienne perdure et l’occident n’y pose encore pas son petit doigt. Et pourtant, des lignes rouges ont été tracées et franchies par Bachar el Assad. Après l’intervention musclée en Lybie, avec la France en tête de proue, l’opinion internationale commençait à penser que l’interventionnisme de l’occident était un acquis et que l’homme fort de Syrie subirait le même sort s’il s’entêtait. La question qui se pose actuellement est celle de savoir pourquoi malgré tout ce temps et ces limites franchies, aucune force d’intervention n’a été dépêche en Syrie.

A titre de rappel le gouvernement Obama avait identifié l’utilisation d’armes chimiques comme le Rubicon à ne pas franchir par le régime El Assad. Faute de quoi, l’option d’une intervention armée deviendra incontournable. Cependant, plusieurs rapports et témoignages font état d’une utilisation de ces armes. Dès lors, l’on comprend que l’occident ne s’aventure pas encore en Syrie pour d’autre raisons que celles des limites morales. Plusieurs raisons se dessinent, il faudrait d’abord considérer la position de la Chine et la Russie qui ne soutiennent pas encore une telle opération. Par la suite, les raisons profondes font surface. Un engagement militaire en Syrie pèserait lourd sur les finances de la structure ou du pays qui prendra les devants. Pire encore, avec son niveau d’organisation, l’armée syrienne tiendra pourrait tenir longtemps.

Ainsi, l’alternative serait de soutenir ou de doper la force militaire qui s’oppose actuellement au régime. Le problème c’est qu’il n’y a pas d’interlocuteur ou d’organisation claire avec qui traité. Certaines analyses vont jusqu’à affirmer que les occidentaux auraient jeté l’éponge, considérant que c’est un problème régional. Ils continueront à mettre une pression médiatique mais attendraient sagement que le feu s’éteigne tout seul. L’affaire Syrienne sonne peut être la fin de l’interventionnisme occidental pour un bon moment.

A propos de Fitzpatrick 1366 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*