Espionnage à Londres en 2009 : rumeur ou réalité ?

2465994_statement-by-hong-kong-online-media-supporting-snowden-displayed-alongside-white-house-website-on-computer-screen-in-hong-kongLe bruit commence à courir que la Grande-Bretagne aurait espionné les diplomates lors du G20 de Londres en 2009.

Les preuves sont-elles suffisantes pour l’affirmer ? Le quotidien d’information britannique The Guardian s’appuie sur des documents fournis par Edward Snowden, ex-agent américain, pour dire que le Royaume-Uni aurait espionné les délégations des pays participants aux réunions du G20 organisées à Londres en 2009. En effet, deux réunions du G20 ont eu lieu en 2009, organisées par le Royaume-Uni. La réunion  du « Grand » G20 ou le sommet réunissant les chefs d’Etat des pays concernés a eu lieu en avril. C’était le deuxième sommet du genre. Suivit en septembre la réunion du G20 dit « Finances », qui ouvre les portes aux ministres des Finances. Toutes ces deux réunions auraient donc été l’occasion pour le Government Communications Headquarters (GCHQ), agence des services secrets britanniques chargée de la sécurité, d’espionner les délégations des participants.

Comme le rapporte ce quotidien, le GCHQ aurait pu contrôler les communications des personnalités présentes aux réunions en utilisant « des capacités révolutionnaires de renseignement ». En installant des cafés internet, il aurait pu intercepter et surveiller les mails et les appels téléphoniques passés par les appareils BlackBerry des diplomates. Tout le monde était visé, mais surtout la Turquie, l’Afrique du Sud et la Russie. On se demande alors qui aurait ordonné cet espionnage. The Gardian a publié des documents datant de janvier 2009, selon lesquels l’ordre émanait du « niveau supérieur » du gouvernement britannique, alors dirigé par le travailliste Gordon Brown. Mais les rapports de l’espionnage étaient ensuite communiqués aux ministres concernés.

Ces révélations ne sont-elles pas dangereuses pour le Royaume-Uni ? Certes oui, le pays s’en trouvera mal alors qu’il organise une autre réunion internationale, en l’occurrence le G8, jusqu’à mardi. Le Premier ministre britannique, David Cameron, ne sera pas surpris de se voir interroger là-dessus.

A propos de Fitzpatrick 1366 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*