Nucléaire iranien : Les négociations reprennent à Genève

753974Le palais des Nations à Genève accueille depuis mardi les représentants de l’Union européenne, des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, de l’Allemagne et de l’Iran pour une reprise des négociations sur le programme nucléaire iranien. La rencontre présidée par la chef de la diplomatie de l’Union européenne Catherine Ashton doit durer deux jours.

Peu d’informations ont filtré sur le contenu des discussions mais le ministre iranien des Affaires étrangères Mahoammad Javad Zarif devrait, pour l’ouverture, présenter une feuille de route pour aborder les discussions actuellement dans l’impasse. La République islamique espère aboutir à un accord en moins d’un an, avec une première étape dans un ou deux mois. Les signes d’ouverture ne sont pas visibles que du côté iranien. La délégation américaine a, pour la première fois, intégré en son sein les responsables de la mise en place des sanctions économiques contre l’Iran. Ce qui augure une avancée sur ce point également.

La sortie de crise ne devrait pas aboutir à un accord dans l’immédiat. L’Iran s’est déjà dit déterminé à ne pas suspendre, limiter ou stopper son programme d’enrichissement d’uranium, ni à se séparer de son uranium déjà enrichi. Mais ses dirigeants affichent une volonté de transparence et de changement de ton qui laisse entrevoir un espoir de compromis. Un groupe d’influents sénateurs américains a annoncé lundi, être prêt à suspendre l’examen d’une nouvelle série de sanctions des Etats-Unis contre l’Iran à condition que l’Iran accepte un arrêt immédiat de tout enrichissement d’uranium.

Selon le rapport de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) publié fin août, l’Iran disposerait de 19.000 centrifugeuses, dont 1.000 de nouvelle génération, plus puissantes que les précédentes. Ce matériel lui aurait permis de posséder 6.774 kg d’uranium enrichi à 3.5% et186 kg d’uranium enrichi à 20%. 187 autres kg d’uranium enrichi à 20% auraient été transformés en barres de combustibles.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*