Genève : Accord sur le nucléaire iranien

3f8c9fec9824c032927c4416c1234767_LUn accord qualifié d’historique vient d’être signé entre l’Iran et une partie de la communauté internationale. Celui-ci consacre pleinement le droit à l’Iran d’aspirer et de détenir une énergie nucléaire civile tout en retirant à celui-ci la possibilité d’enrichir l’uranium à des fins nucléaires. Mené de main de force par Washington depuis plusieurs mois, cet accord a été rendu possible grâce à l’arrivée à la magistrature suprême de l’Etat iranien d’un modéré, Hassan Rohani. Le conseil de sécurité des Nations Unies exprime sa satisfaction pour ce bon départ qui n’est encore qu’un engagement de 6 mois, renouvelable par consentement mutuel.

Cependant, cet accord ne fait pas que des heureux. L’Etat Israélien ainsi que les pays Arabes du Golfe ne présentent pas les mêmes signes d’enthousiasme que les pays occidentaux. Pour Israël, c’est carrément une erreur monumentale. Le premier ministre de ce pays est allé jusqu’à affirmer que l’intension réelle de Téhéran est purement militaire et qu’Israël ne le permettrait pas, quitte à recourir à la force. Les Emirats ainsi que l’Arabie Saoudite sont moins belliqueux mais semblent redouter les vraies intentions de l’Iran dont les ambitions régionales ont toujours été expansionnistes.

Malgré des inspections des Nations Unies, l’opinion internationale garde encore un certain scepticisme sur l’Iran en matière de nucléaire. Une chose est sûre : le premier gagnant de l’accord reste Téhéran parce que plusieurs sanctions seront levées, qu’une activité nucléaire même civile reste bénéfique à la maitrise du nucléaire et que l’accord n’est pas encore de longue durée.

Le président Barack Obama avec son deuxième mandat, pourrait prendre des risques malgré l’opinion favorable, espérant avoir fait un choix qui marquera à jamais l’histoire.

A propos de Fitzpatrick 1331 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*