Syrie:L’Iran exclu de la Conférence de paix de Genève-II

iran-exclu-geneve-2Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies Ban Ki-moon vient de retirer son invitation à l’Iran à une participation à la Conférence de paix sur la Syrie, Genève-II, qui s’ouvre aujourd’hui.
Les Nations unies justifient leur décision par les récentes déclarations publiques iraniennes. Lundi, le ministre iranien des Affaires étrangères avait affirmé que l’Iran participerait à la conférence sans préconditions. Téhéran a refusé d’entériner le « communiqué de Genève », base de discussions et objectif de cette conférence de paix, signé par les grandes puissances le 30 juin 2012.
Ce communiqué prévoit l’instauration d’un gouvernement de transition en Syrie ayant des « pleins pouvoirs exécutifs », ce qui laisse entendre que Bachar al-Assad pourrait perdre une bonne partie, voire la totalité de ses prérogatives. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, qui soutiennent un départ de Bachar al-Assad du pouvoir, avaient fait d’un soutien iranien à une transition démocratique une condition indispensable à sa présence à la table des négociations.
Par ailleurs, l’opposition syrienne qui aussitôt confirmé sa présence aux négociations après l’annonce de la décision des Nations unies, avait menacé de boycotter la Conférence de paix si l’Iran y participait. Malgré l’exclusion de la République islamique, la CNS (Conseil National Syrien) a annoncé son retrait de la Coalition de l’opposition, dont il est l’une des principales composantes, en protestation à sa participation à la Conférence de paix.
La Conférence de paix de Genève-II doit commencer aujourd’hui à Montreux, en Suisse par une session ministérielle présidée par Ban Ki-moon à laquelle sont conviés quarante pays dont les grandes puissances et les autres pays de la région en particulier  l’Arabie saoudite.
Les négociations entre les délégations du gouvernement syrien et de l’opposition se tiendront à partir de vendredi à Genève, et seront présidées par Lakhdar Ibrahimi, le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe.

A propos de Fitzpatrick 1366 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*