Koweït : fichage ADN obligatoire

koweit-fichage-adnDans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le Parlement koweïtien a procédé mercredi, suite à une demande du gouvernement, à l’adoption d’une disposition légale contraignant les Koweïtiens et les ressortissants étrangers résidents dans ce pays de passer un test ADN dans le but de constituer une base de données nationale. Une mesure aussi bien radicale que controversée.

En fait, cette loi a été adoptée dans l’objectif de faciliter les enquêtes criminelles et policières et, par ricochet, d’arriver à des arrestations plus rapidement. Cette mesure est l’une des conséquences de la survenue, le 26 juin dernier, d’un attentat-suicide contre une mosquée chiite ayant fait 26 morts et 277 blessés. Une attaque revendiquée par le groupe Etat Islamique (EI). En outre, les députés koweïtiens ont mis sur pied un fonds d’urgence à hauteur de 400 millions de dollars comme financement de cette opération. Enfin, les élus ont prévu que tout Koweïtien refusant de subir ce test ADN soit passible d’une sanction d’un an de prison et d’une amende pouvant aller jusqu’à 300 000 dollars.

Le Koweït est devenu le premier pays à contraindre ses citoyens au fichage ADN. Jusqu’à présent, plusieurs pays dans le monde se limitaient à garder l’empreinte génétique de toute personne jugée coupable d’un crime. Aussi, cette loi koweïtienne n’a pas manqué de susciter la controverse par rapport à la protection de la vie privée et l’usage que les forces de l’ordre peuvent faire de ces données. A titre de comparaison, les parlements des pays européens sont dans l’impossibilité d’adopter une loi de ce genre. En 2008, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) s’était opposé à ce que le Royaume-Uni mette en place un fichage ADN similaire, les magistrats de cette institution estimant que maintenir un échantillon ADN pour un délit non pénal « ne pouvait pas être considéré comme nécessaire dans une société démocratique ».

A propos de Fitzpatrick 1348 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*