Lutte contre l’Etat islamique : le secrétaire à la Défense américain fait l’éloge des forces kurdes

peshmargasHier vendredi, lors d’un déplacement à Erbil, dans le nord de l’Irak, le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter a salué le combat des Kurdes irakiens contre le groupe Etat islamique qu’il a érigé en « modèle » à suivre dans la lutte antidjihadiste.

Le responsable américain s’exprimait devant une centaine de militaires de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, mise en place pour lutter contre l’Etat islamique. Selon lui, les peshmergas, les combattants kurdes, répondent parfaitement aux besoins de la coalition d’une force capable de « gagner sur le terrain » en profitant des raids aériens. Avec 1 200 morts, les peshmergas ont payé un lourd tribut dans la guerre contre l’Etat islamique, qu’ils parviennent à mener grâce notamment aux soutiens en armes des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France. Avec l’aide déterminante des frappes aériennes, ils sont parvenus à repousser les djihadistes des zones frontalières du Kurdistan et ont étendu leur contrôle sur des régions disputées avec Bagdad, comme la ville pétrolière de Kirkouk. Les Etats-Unis et la coalition comptent énormément sur le soutien des forces kurdes pour reconquérir à terme la ville de Mossoul, deuxième ville d’Irak située à environ 90 kilomètres d’Erbil, que l’Etat islamique avait prise au début de son offensive fulgurante en juin 2014.

Le secrétaire à la Défense américain, dont cette visite en Irak est la première depuis sa prise de fonctions en février dernier, est conscient du jeu d’équilibriste qu’il a joué avec son éloge des peshmergas. Car si les forces du Kurdistan et du pouvoir central irakien se sont alliées dans certaines régions pour lutter contre l’Etat islamique, les relations entre les deux camps restent tendues en raison de différends pétroliers. C’est la raison pour laquelle Ashton Carter a tenu à préciser dans son discours que son pays continuerait à faire transiter par le pouvoir central de Bagdad l’aide au Kurdistan.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*