Le Koweït décide l’expulsion des Libanais de son territoire

Après les Emirats Arabes Unis (EAU), l’Arabie Saoudite et Bahreïn, le Koweït a décidé, à son tour, d’expulser les Libanais établis sur son territoire.

Depuis le mois dernier, les tensions entre le mouvement chiite libanais le Hezbollah et les riches monarchies pétrolières du Golfe ont atteint un niveau sans précédent.

L’Arabie Saoudite et ses alliés dans la région ont décidé de punir le Liban, qu’ils estiment abriter des mouvements et organisations pro-iraniens. Ainsi, les expulsions de Libanais, soupçonnés d’entretenir d’étroites relations avec le Hezbollah, deviennent monnaie courante parmi les quelque 400.000 ressortissants libanais résidant dans les Etats arabes du Golfe.

Pour preuve, le 21 mars dernier, 11 Libanais ont été expulsés du territoire koweitien pour « leur appartenance au Hezbollah » et cinq jours auparavant, deux autres Libanais résidant au Koweït, se sont vus interdire l’entrée au niveau de l’aéroport alors qu’ils venaient de Beyrouth. Il leur a été demandé de se rendre à l’ambassade du Koweït dans la capitale libanaise pour avoir des explications.

A noter que les renseignements koweitiens ont dressé une liste de personnes, dont des professionnels des médias et des businessmen, considérées comme « persona non grata ».

Les personnes expulsées par les autorités koweitiennes ne pourront pas non plus entrer dans l’un des autres pays membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) qui avait classé, au début de ce mois, le Hezbollah parmi les organisations terroristes.

Pour la journaliste Doha Chams, en charge du dossier des expulsions au journal Al-Akhbar, l’ensemble des migrants libanais partagent un sentiment de vulnérabilité allant au-delà de leurs appartenances communautaires. Elle a de même précisé qu’à travers les Libanais frappés de mesures d’expulsion, c’est plutôt le Hezbollah et les chiites qui sont visés par les autorités des six pays du Golfe.

A propos de Fitzpatrick 1333 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*