Paris confirme la présence de militaires français sur le front syrien

Des soldats français se trouvent actuellement en Syrie, aux côtés des rebelles arabo-kurdes des FDS (Forces démocratiques syriennes) engagées dans une offensive contre le groupe Etat islamique à Manbij, près de la frontière turque, rapportent jeudi, des sources militaires françaises, précisant que ces soldats ne participaient pas aux combats.

Aucun détail n’a filtré sur la composition de ces forces, mais la porte-parole du ministère de la Défense, Valérie Lecasble a déclaré que la France appuyait ses partenaires qui sont au sol par des livraisons d’équipements, des actions de formation et des appuis aériens de la coalition.

Si Paris se refuse à préciser le nombre d’opérateurs des forces spéciales et des agents du service action de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) engagés en Syrie et nie toute mission de combat, il est fort probable que ces homme soient engagés sur la ligne de front face aux terroristes du groupe Etat islamique.

Les rares images des forces occidentales en Syrie circulant depuis quelque temps sur Internet, montrent des militaires américains à 11 kilomètres de Raqqa, le fief de l’Etat islamique en Syrie, ainsi que des commandos appuyant les opérations des miliciens kurdes de l’YPG qui pourraient être Américains, Britanniques ou Français.

Dès vendredi dernier, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian avait laissé entendre un soutien des forces spéciales françaises dans l’offensive menée actuellement par les FDS contre l’Etat islamique. La France avait déjà reconnu avoir envoyé 150 membres des forces spéciales dans le nord de l’Irak, où ils accompagnent les peshmergas kurdes jusque sur la ligne de front près de Mossoul dans le nord du pays, mais ne se prononçait pas sur la Syrie. Le soutien militaire de la France aux Kurdes pourrait avoir un effet collatéral sur les relations entre Paris et Ankara.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*