Iran : Exécution d’un scientifique accusé d’espionnage pour le compte des USA

Le scientifique nucléaire iranien Shahram Amiri, 39 ans, accusé d’espionnage pour le compte des Etats-Unis, a été exécuté par pendaison, a annoncé dimanche dernier, le porte-parole du ministère iranien de la justice, Gholamhossein Mohseni-Ejeie sans préciser ni la date ni le lieu de cette exécution.

Shahram Amiri était physicien, expert du nucléaire, à l’université Malek Ashtar, contrôlée par les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime iranien. Il avait disparu sans laisser de traces au printemps 2009, alors qu’il se trouvait en pèlerinage en Arabie saoudite.

Les Iraniens avaient rapidement accusé la CIA de l’avoir enlevé, ce que le département américain avait aussitôt démenti. Le 7 juin 2010, deux vidéos contradictoires sont publiées, l’une dans laquelle il déclare avoir été enlevé par les agents de la CIA et l’autre dans lequel il déclare s’être rendu librement aux Etats-Unis. Le 29 juin, une troisième vidéo est publiée, dans laquelle Shahram Amiri raconte être parvenu à s‘échapper, avant de trouver refuge à l’ambassade du Pakistan à Washington D.C, qui héberge les intérêts iraniens. Rapatrié le 15 juillet 2010 à Téhéran, il avait été accueilli en véritable héros.

Mais l’état de grâce avait été de courte durée. Shahram Amiri a été arrêté peu après et condamné à 10 ans de prison pour espionnage au profit des USA, ennemi numéro Un de la République islamique. Entre son arrestation et son exécution, aucune information sur sa situation n’a filtré.

Les services iraniens s’étaient vantés d’avoir su dès le début que le scientifique était un espion à la solde des Etats-Unis. Cette version a été confirmée par de nombreux médias américains, dont la chaîne américaine ABC qui affirme que la «disparition» en Arabie saoudite de Shahram Amiri était en fait une exfiltration organisée par les services de renseignement américains avec l’aide des services saoudiens. La BBC affirme que les craintes pour sa famille auraient plongé Shahram Amiri dans une dépression et auraient été le principal motif de sa décision de retourner dans son pays.

A propos de Fitzpatrick 1287 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*