Moscou, Téhéran et Ankara les nouveaux maîtres du jeu dans le conflit syrien

La Russie, l’Iran et la Turquie, les nouveaux maîtres u jeu dans le conflit syrien, ont déclaré se porter «garants» des négociations de paix entre le régime syrien et l’opposition.

La réunion tripartite mardi dernier entre les ministres des Affaires étrangères russe, iranien et turc sur la Syrie a envoyé un message clair aux protagonistes à savoir que les maîtres du jeu ainsi que les règles ont changé dans le dossier syrien, dans lequel les Etats-Unis ont perdu la main.

Désormais, les forces loyales à Bachar al-Assad ont le soutien ouvertement proclamé de la Russie et de l’Iran, et de l’autre côté, la Turquie qui soutient les rebelles de l’Armée syrienne libre, qu’elle avait aidé à conquérir des territoires que détenait le groupe terroriste Etat islamique au nord du pays. Mais ces acteurs de terrain jouent également avec leurs propres règles, en contradiction avec le droit international et humanitaire, et sans en subir les conséquences.

Selon une déclaration du chef de la diplomatie russe, ce nouveau format est le plus efficace. Les nouveaux parrains du processus de paix en Syrie ne sont encore que dans la prévision d’une réunion de négociations et tout reste à faire quant à la mise en œuvre et au résultat. Le souvenir des échecs des accords de Genève entre les Etats-Unis et la Russie invitent à la prudence.

De son côté, l’émissaire de l’ONU Staffan de Mistura a annoncé son intention de convoquer des négociations inter-syriennes le 8 février à Genève.

L’été dernier encore, Washington était incontournable face à Moscou dans les tractations à la quête d’une solution à la crise syrienne. Mais les Etats-Unis ont fini par payer leur absence militaire sur place, au même titre que l’ONU et l’Europe, ainsi que le refus par le président américain Barack Obama de bombarder Damas après l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Bachar durant l’été 2013, une décision qui a indirectement laissé le champ libre aux Russes et aux Iraniens.

A propos de Fitzpatrick 1331 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*