Iran : quelque 2 100 combattants tombés en Syrie et en Irak

Quelque 2100 combattants dépêchés par l’Iran combattre en Irak et en Syrie sont tombés sur le champ de bataille, a annoncé mardi, Mohammad Ali Shahidi, le chef de la fondation iranienne des martyrs et des vétérans de guerre, qui avait annoncé 1000 morts en Syrie en en novembre dernier.

Cette annonce est pour le moins inhabituelle car, si les responsables iraniens envoient depuis longtemps des «conseillers militaires», mais également des combattants «volontaires» iraniens, ou encore afghans et pakistanais pour aider les armées irakienne et syrienne, ils communiquent très rarement sur le bilan de leurs morts dans ces deux pays.

Téhéran affirme que l’envoi de ces militaires et volontaires se fait à la demande des gouvernements syrien et irakien. La division des Fatemiyoun, brigade des Fatimides, composée de volontaires afghans, est l’une de ces principales forces présentes en Syrie.

Parmi les morts de ces « volontaires » et de ces « conseillers » régulièrement rapportées par les médias iraniens figurent plusieurs hauts gradés à la retraite des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique, tués en Syrie ces dernières années.

L’Iran soutient financièrement et militairement les gouvernements irakien  et syrien, entre autres officiellement pour défendre les lieux saints. Ceux-ci, selon les musulmans chiites majoritaires en Iran et en Irak, sont les mausolées de plusieurs imams successeurs du prophète Mahomet  et des membres de sa famille.

A propos de Fitzpatrick 1287 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*