AQMI-Boko Haram-El Shebab : un réseau en devenir ?

Hier, le responsable du Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (AFRICOM), le général Carter Ham, a longuement confié à la presse américaine ses inquiétudes quant à l’avenir d’Al Qaïda. Selon lui, bien que l’organisation ait été affaiblie par le récent décès d’Oussama Ben Laden, ses branches locales – dont, particulièrement, celles d’Afrique – semblent se renforcer, créant un danger potentiel dans leurs berceaux et, au-delà, pour les Etats-Unis et, cela, surtout en cas de rassemblement.

Le général Ham n’y est pas allé par 4 chemins. D’après ses analyses, trois groupes se réclamant d’Al Qaïda méritent une attention particulière : Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), qui s’est tristement illustré par plusieurs attaques en Algérie et au Sahel ; la secte Boko Haram, très active au Nigéria, et les rebelles somaliens Shebab. « Chacun de ces trois groupes constituent respectivement une menace, non seulement dans leur pays d’origine mais aussi dans toute la région et les Etats-Unis », a-t-il déclaré à ce propos, ceux-ci ayant exprimé « de manière très claire et en public, leur intention de viser des Occidentaux et des Américains ». Et puis, de renchérir, « si l’on ne fait rien, il pourrait bien y avoir un réseau qui s’étendrait de l’Afrique de l’Est au Maghreb en passant par le centre du continent et le Sahel et j’estime que cela serait très préoccupant ».

Néanmoins, d’autres responsables militaires américains en Afrique trouvent la formation d’une telle alliance peu probable, malgré la volonté affichée des trois mouvements de travailler ensemble. « Nous remarquons une certaine pollinisation croisée, au niveau des techniques, des stratégies et des procédures », a constaté l’un d’eux sous couvert d’anonymat. « L’un des exemples les plus éclatants, c’est Boko Haram, et tout ce qu’il a emprunté à AQMI », a-t-il poursuivi. Mais, « ces organisations ont plus de différences sur le plan idéologique, par exemple, que des points communs », a déclaré un autre haut responsable américain.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*