Egypte : plus de 500 djihadistes présumés déférés devant la justice militaire

Une source officielle a indiqué mardi que le procureur général en Egypte a envoyé devant la justice militaire 555 éléments présumés d’une branche locale de l’organisation de l’Etat Islamique (EI), opérant dans la péninsule du Sinaï (est).

A en croire la même source, il est reproché à ces 555 membres présumés du groupe EI d’avoir mis sur pied 43 cellules djihadistes faisant partie du groupe Province Sinaï, qui est la branche locale de Daech (acronyme arabe de l’organisation de l’EI) depuis 2014. Et d’ajouter que ces djihadistes ont effectué 63 opérations terroristes, parmi lesquelles le meurtre et la tentative d’assassinat de militaires et de policiers dans la province du Nord-Sinaï.

Sur les 555 membres présumés du groupe EI, 216 prendront part à leur procès alors que les 339 autres seront jugés par contumace, a indiqué la même source.

Depuis la destitution par les forces armées du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, l’Egypte fait face à des attaques djihadistes. Celles-ci sont à l’origine de la mort de centaines de militaires, d’agents de police et de civils.

En réaction, les forces armées égyptiennes ont lancé le 9 février dernier des opérations militaires conjointement avec la police contre les djihadistes dans la province du Nord-Sinaï. Selon des statistiques officielles, près de 200 djihadistes et au minimum 33 éléments des forces loyalistes ont trouvé la mort depuis le début de l’opération « Sinaï 2018 » visant la branche locale du groupe EI.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*