Syrie : une trentaine de combattants pro-régime tués dans une attaque de l’Etat islamique

Au mois trente combattants loyaux au régime syrien de Bachar Al-Assad, dont plus de la moitié étaient de nationalité iranienne, ont été tués dans une attaque menée au sud-est de la ville antique de Palmyre, par des éléments de l’organisation djihadiste Etat islamique, rapportent l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) et des habitants de cette localité.

D’après l’Organisation Non Gouvernementale syrienne, les djihadistes visaient un avant-poste occupé par des soldats syriens et par des miliciens iraniens situé dans la Badiya syrienne, au sud-est de la ville antique de Palmyre. Au moins dix-sept de la trentaine de tués seraient de nationalité iranienne.

Les sites d’informations liés au régime ont de leur côté, dressé une liste de 16 officiers et soldats tués ou blessés. La Badiya syrienne est un vaste désert qui s’étend du centre du pays à ses frontières orientales avec l’Irak, où se trouvent encore des petites poches contrôlées par l’Etat islamique.

Cette attaque des plus inattendues survient au lendemain de l’annonce par Damas de la libération de la dernière enclave tenue par l’Etat islamique dans le sud de Damas après une sanglante campagne.

En deux jours, plus d’un millier de djihadistes ont été évacués de quartiers du sud de la capitale et du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk dans le sud de Damas, permettant l’entrée des forces pro-régime dans ces zones soumises depuis plus d’un mois à des bombardements.

Un mois d’offensive dans le dernier réduit repris à l’Etat islamique a provoqué selon l’OSDH, la mort de plus de 250 membres des groupes armés pro-régime, de 233 djihadistes et de plus de 60 civils, mais il a également provoqué des destructions colossales.

L’intervention militaire de la Russie en Syrie depuis septembre 2015 et le soutien de l’Iran et du Hezbollah ont permis au régime de Damas de multiplier les victoires au point de contrôler désormais plus de 60% du territoire. L’Etat islamique n’en contrôle plus que moins de 3%.

A propos de Fitzpatrick Georges 1445 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*