Un bilan positif pour Qatar Airways malgré un an de blocus

Avec une augmentation du total des revenus et du résultat d’exploitation de 7,22% en glissement annuel et une augmentation de la croissance des sièges par kilomètres de 9,96%, les résultats annuels de la compagnie aérienne Qatar Airways montrent une résilience de la compagnie aérienne alors que le Qatar subit depuis plus d’un an maintenant, les conséquences d’un blocus qui lui est imposé par trois de ses voisins du Golfe en plus de l’Egypte.

L’exercice 2017/2018 aura été l’année la plus difficile de l’histoire de la compagnie aérienne en raison principalement du blocus imposé à l’émirat du Qatar depuis le 5 juin 2017 avec la fermeture de l’espace aérien devant ses vols. La proportion des sièges occupés sur les vols de départ a été de 19%.

Le groupe a réalisé une marge bénéficiaire (avant réduction d’intérêts, impôts, amortissements et loyers) d’un taux de 23 pour cent à 9.714 milliards de rials qataris, en baisse de 1.759 milliards de riyals qataris de l’an dernier, en raison de la distance de vol augmentée depuis le blocus de l’Etat du Qatar, et la perte de sièges abandonnés par les pays du blocus.

Mais les ventes de fret aérien ont enregistré une croissance significative de 34.40% par rapport à la capacité de fret (tonnes disponibles au kilomètre), qui a augmenté de 13.95% en glissement annuel.

Qatar Airways aura multiplié les mesures pour réagir au blocus imposé à l’émirat. Pour surmonter la fermeture de 18 destinations en raison du blocus, la compagnie aérienne qatarie a ouvert 14 nouvelles destinations au cours du dernier exercice pour un total de 24, une mesure qui a toutefois entraîné une perte nette de 252 millions de riyals qataris.

Qatar Airways a dans le même temps poursuivi ses plans de croissance et d’expansion en Europe et en Asie, continuant d’élargir son portefeuille de placements et en continuant d’investir dans le sponsoring sportif.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*