Le Sénat américain accuse le prince héritier saoudien du meurtre de Jamal Khashoggi

Le Sénat américain a approuvé jeudi à l’unanimité une résolution accusant le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane (MBS) de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

La même instance a également demandé la suspension de l’appui des Etats-Unis à la coalition militaire arabe sous commandement saoudien au Yémen. Il s’agit d’un désaveu pour le président américain Donald Trump, qui avait récemment apporté son soutien à «MBS».

Pour les correspondants de la chaîne américaine CNN à Washington, « il s’agit de la rupture la plus importante affichée par le Congrès avec l’Arabie saoudite depuis des décennies et la réponse la plus ferme de Capitol Hill, depuis le meurtre de Khashoggi».

Depuis le mois dernier, la CIA est convaincue que Mohammed ben Salmane est à l’origine du meurtre du journaliste saoudien. Mais le chef d’Etat américain refuse toujours de condamner le pouvoir saoudien, mettant en avant l’importance des rapports stratégiques et économiques entre Washington et Ryad.

Pour l’heure, ce vote des sénateurs américains demeure symbolique. En effet, son entrée en vigueur est conditionnée par l’obtention d’une majorité à la Chambre des représentants, qui reste encore dominée par les républicains jusqu’à la mise en place du nouveau Congrès le mois prochain.

Au cas où, dans l’avenir, «la Chambre des représentants choisissait à son tour d’accuser le prince saoudien, la résolution finirait sur le bureau de Trump», indique CNN.

Cela le contraindrait à prendre parti de manière définitive dans l’affaire Khashoggi. «Soit il signe la résolution et il se place du côté du Congrès, soit il se range du côté saoudien».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*