Depuis la chute de Saddam Hussein, près de 150 milliards de dollars détournés et sortis d’Irak

Le chef de l’Etat irakien, Barham Saleh a révélé ce dimanche, que 150 milliards de dollars provenant des revenus pétroliers avaient été détournés dans le pays et transférés à l’étranger, depuis le déclin du régime de Saddam Hussein en 2003.

Le dirigeant irakien qui a proposé une disposition légale visant à combattre la corruption, confiant à la presse, avoir soumis au Parlement un « texte crucial » ayant pour but de recouvrer les fonds publics détournés dans les malversations et d’en traduire en justice les responsables.

Barham Saleh a appelé les élus à donner leur approbation à cette disposition légale pour «endiguer cette pratique omniprésente» en Irak, un des pays les plus rongés par le fléau de la corruption à l’échelle mondiale d’après l’ONG Transparency International.

Pour certains observateurs, il est difficile que les députés irakiens votent en faveur de cette loi malgré la pertinence de celle-ci, car bon nombre de personnalités politiques sont elles-mêmes impliquées dans des malversations.

Les politiciens irakiens sont parvenus à sortir 60 milliards de dollars de leur pays en l’espace de 18 ans, entre autres vers le Liban, a assuré une source proche du secteur bancaire irakien. 

Par conséquent, l’Irak est actuellement presque en faillite et il est quasiment impossible de récupérer l’argent détourné des établissements financiers libanais.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*