Espagne : Banco Popular et la course à la recapitalisation

Banco Popular veut échapper à une tutelle imposée de l’Etat. C’est pourquoi, l’établissement financier a un besoin urgent d’une grosse somme pour augmenter son capital.

C’est avant tout un problème totalement espagnol. Selon les retombées des stress tests récemment effectués par les banques, ce secteur doit être recapitalisé à hauteur de 53,7 milliards d’euros (67 milliards de dollars américains). Ainsi, la Banque d’Espagne a donné un délai de deux semaines aux établissements financiers ayant échoué aux stress tests pour lui présenter leurs stratégies d’augmentation de capital. Malheureusement, Banco Popular fait partie de cette catégorie. Raison pour laquelle, elle a annoncé lundi être à la recherche de 2,5 milliards d’euros (3,1 milliards de dollars américains) pour sa recapitalisation. Un montant qui correspond à 70 % de sa valeur en bourse. Si la banque trouve comment y arriver, l’augmentation de capital aura lieu en novembre prochain. Par la même occasion, Banco Popular souhaite mieux se renforcer en ajoutant à ce capital les bénéfices et les revenus des ventes d’actifs non stratégiques, soit respectivement 400 millions et 300 millions d’euros (500 millions et 375 millions de dollars américains). Somme toute, Banco Popular vise une recapitalisation de 3,2 milliards d’euros (4 milliards de dollars américains) d’ici fin 2012.

Si Banco Popular ne parvient pas à ses fins, elle sera obligée de se soumettre au plan de sauvetage bancaire proposé par l’Union Européenne à l’Espagne. Cela reviendra à émettre des Cocos souscrites par le fonds public. La banque aura alors jusqu’à juin prochain pour les racheter avant leur conversion. Un processus qui pourrait, à terme, la faire passer sous la coupe de l’Etat. Un des moyens d’éviter pareil dénouement serait de recourir à des capitaux privés ; mais, là également, le risque de perdre l’autonomie est considérable.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*