Liborgate : UBS accepte les sanctions financières

Liborgate UBS accepte les sanctions financièresUBS s’est engagé mercredi à s’acquitter d’une amende à la suite du scandale du Libor. La banque suisse est parvenue à cet accord avec les différentes autres parties, dont la justice américaine.

En se résignant à payer cette amende fixée à 1,4 milliard de francs suisses (1,53 milliard de dollars américains), UBS marque tristement l’histoire. Il s’agit de la 2è sanction financière la plus lourde jamais infligée à une banque. La succursale japonaise de l’établissement financier suisse avait été traduite en justice pour fraude par voie électronique. En clair, le Libor, taux de prêt des banques entre elles, avait été l’objet de manipulations impliquant, entre autres, UBS.  D’où, d’ailleurs, le nom de Liborgate. Ainsi, la pénalité consentie par la banque suisse se  scinde en plusieurs parts : d’abord, 1,2 milliard de dollars américains reviendront à la justice américaine et 175 millions de dollars américains, aux autorités britanniques. En outre, UBS va remettre 65 millions de dollars américains à la Finma. C’est cette institution suisse chargée de surveiller les marchés financiers qui a l’autorité de confisquer les plus-values réalisées par UBS dans le cadre du Liborgate.

Dans la foulée, UBS a annoncé qu’elle connaîtra certainement une perte au dernier trimestre 2012 du fait du poids de ses litiges. Bien que coupable, la banque suisse a voulu sortir la tête de l’eau : elle a rappelé son exemplarité pendant toute la procédure judiciaire et même avant. En effet, UBS s’est toujours montrée très coopérative avec les autorités de régulation du Libor. Une façon de montrer son attachement à l’éthique malgré le comportement indéfendable de certains de ses collaborateurs. Ceux-ci étaient à 45 au minimum à profiter consciemment des défaillances des systèmes de contrôle d’UBS pour influencer le Libor.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*