Les djihadistes armés refont surface en Tunisie

arton7184Les forces tunisiennes de défense sont à la traque d’une cinquantaine de djihadistes près de la frontière algérienne. C’est ce qu’a annoncé un porte-parole de l’armée, le colonel Mokhtar Ben Naceur, ce mercredi à l’ATP (Agence Tunisienne de Presse). Il s’agit d’une opération de haut niveau contre le terrorisme depuis la révolution de janvier 2011.

Les forces tunisiennes tentent depuis décembre de démanteler ce groupe accusé d’être à l’origine d’une attaque qui a coûté la vie à un agent de la Garde nationale à Bou Chebka, poste frontalier avec l’Algérie. En 2007, sous Ben Ali, un groupe d’une trentaine de djihadistes tunisiens et algériens avait été mis hors d’état de nuire à Soliman, près de Tunis. Et s’il s’agissait du même groupe qui s’est reconstitué au fur des années et qui refait surface. Ce groupe serait commandé par un algérien et deux tunisiens originaire de Kasserine.

Le bilan n’est pas lourd pour le moment mais le danger est bien réel. Les autorités ont fait état d’une dizaine de militaires et gendarmes blessés dont certains ont perdu des membres suite aux mines posées. Les opérations de ratissage continuent avec usage d’armes légères et de tirs d’obus à distance à des fins de déminage. « Nous sommes dans un environnement géographique où il y a beaucoup de dangers (…) notamment de groupes terroristes », a déclaré le Premier ministre Ali Larayedh après avoir rendu visite mercredi aux blessés.

Le gouvernement a reconnu que la nébuleuse djihadiste représentait une menace accrue dans la région. Des opposants tunisiens ont vivement critiqué mercredi le laxisme des autorités en arguant que la mouvance salafisteest entrain de connaitre un essor depuis la révolution.Par ailleurs, les forces d’intervention ne disposeraient pas suffisamment de moyens pour faire face à ce groupe apparemment mieux organisé.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*