Syrie : L’armée assiège l’EI à Deir Ezzor

L’OSDH (Observatoire syrien des droits de l’Homme) a rapporté l’explosion lundi du « pont Politique », le dernier pont en activité de à Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie, ce qui isole totalement les djihadistes de l’Etat Islamique qui contrôlent en partie la ville.

siyasiya-bridge
L’ONG syrienne attribue la paternité de la destruction de ce pont au régime de Bachar al-Assad. Deir Ezzor est située sur les deux rives de l’Euphrate, à proximité de la frontière avec l’Irak. Une moitié de la ville est contrôlée par les forces de Bachar al-Assad et l’autre par les djihadistes de l’EI qui ont chassé les rebelles de la région en juillet dernier.

La destruction du pont permet à l’armée syrienne de couper la dernière ligne d’approvisionnement des djihadistes et de mettre en « état de siège » la partie de la ville sous contrôle de l’Etat islamique. Mais ce faisant, des dizaines de milliers de personnes se retrouvent désormais prises au piège. Le « pont Politique » était le dernier des quatre ponts que comptait la ville, les trois autres ayant déjà été détruits par le régime et les rebelles durant les trois ans de guerre civile. Combattants et civils doivent maintenant utiliser des embarcations pour traverser le fleuve.

Damas a accentué ces dernières semaines ses opérations militaires contre l’Etat Islamique qui contrôle environ 25% du territoire syrien dans le nord et l’est du pays. Cette intensification de la campagne coïncide avec la formation par les Etats-Unis d’une coalition contre ce même groupe ultra-radical qui est également actif en Irak. Malgré l’ennemi commun, Washington continue à refuser toute coopération avec Damas.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*