Syrie : Un Français impliqué dans la décapitation de l’otage Peter Kassig

La Maison-Blanche a confirmé l’exécution de l’otage américain Peter Kassig par l’organisation de l’Etat islamique. Des informations font mention de l’implication d’un Français dans cette exécution ainsi que dans celle de plusieurs soldats syriens.

kassigLe mouvement djihadiste avait mis en ligne dimanche une vidéo montrant le corps de l’otage et dont l’authenticité a été confirmée par la Maison Blanche. Daesh a dit agir en représailles à l’envoi de conseillers militaires américains en Irak. Originaire de l’Indiana et ancien militaire qui a servi en Irak, Peter Kassig s’était converti à l’Islam sous le nom d’Abdul Rahman et travaillait en Syrie comme humanitaire au moment de sa capture en octobre 2013.Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a affirmé que tout avait été mis en œuvre, sans succès, pour éviter ce tragique dénouement. L’exécution a également été condamnée par Paris et par Londres. La vidéo diffusée par Al-Furqan, l’organe médiatique de l’Etat islamique, montre également l’exécution de 18 hommes présentés comme des soldats syriens.

Plusieurs médias français parmi lesquels BFMTV et Le Figaro ont révélé des informations selon lesquelles le ministère de l’Intérieur français soupçonnerait un Français d’être parmi les bourreaux présents dans la vidéo des décapitations. Il s’agirait d’un jeune homme de 22-23 ans, originaire de Normandie, qui serait parti en Syrie en août 2013. Il se ferait appeler Abou Abdallah Al Faransi, c’est-à-dire Abou Abdallah le Français. Son véritable prénom serait Maxime et ne possèderait pas de passé judiciaire ni psychiatrique. Il se serait radicalisé tout seul sur Internet après s’être converti à l’Islam. Des proches du jeune homme contactés par les médias se sont dit choqués, ne l’ayant jamais vu comme quelqu’un de radical.

A propos de Fitzpatrick 1315 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*