Qatar n’exclut pas une intervention militaire en Syrie

QATAR-RUSSIA-GCC-POLITICSLe Qatar, opposé au régime syrien de Bachar al-Assad, a lancé cette semaine, l’insinuation d’une possible intervention militaire en Syrie au vu de la dangereuse évolution du conflit syrien, après l’engagement fin septembre dernier de la Russie, fidèle allié du régime Al-Assad.

Dans une interview accordée mercredi dernier à la chaîne américaine CNN, alors qu’il était interrogé pour savoir si l’émirat approuvait la position de l’Arabie saoudite qui n’exclut pas une option militaire en Syrie en raison de l’intervention russe, le ministre qatari des Affaires étrangères Khalid al-Attiyah a répondu que son pays n’épargnera aucun effort pour protéger le peuple syrien et la Syrie d’une partition. Bien que le responsable qatari ait précisé que son pays préférait une solution politique à la crise, le gouvernement syrien a immédiatement réagi à cette déclaration en affirmant qu’il répondrait fermement à une « agression directe ».

L’intervention depuis trois semaines maintenant de l’armée russe en Syrie a cristallisé les tensions. Car, si tous les pays se rangent derrière la lutte contre le terroriste, principalement contre le groupe Etat islamique, pour justifier leurs interventions en Syrie, les intérêts divergent le plus souvent. Le Qatar, tout comme l’Arabie saoudite, constitue un important soutien des insurgés qui combattent les forces fidèles au régime de Bachar Al-Assad, auxquels il fournit des armes, des moyens financiers et un appui politique. En revanche, ces insurgés, considérés par Moscou et Damas comme des « terroristes », sont désormais visés par les frappes de l’aviation aérienne russe.

Si le Qatar et l’Arabie saoudite, qui interviennent déjà militairement au Yémen contre les rebelles chiites Houthis, décidaient d’intervenir en Syrie, le conflit prendrait un tournant extrêmement dangereux car les risques de heurts avec les forces russes augmenteraient considérablement. Et avec eux les chances de voir les Etats-Unis, qui sont alliés de l’Arabie saoudite et du Qatar, intervenir également.

A propos de Fitzpatrick Georges 1374 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

1 Comment

  1. Je ne savais pas qu’on pouvait avoir une « aviation aérienne russe », heureusement qu’ils ont aussi une « marine navale russe »…

    pareil: « si tous les pays se rangent derrière la lutte contre le terroriste » -> terrorisme aurait été mieux a moins qu’il n’y en ait qu’un seul!

    Je troll donc je sors :) mais quand même merci de relire avant de poster.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*