France : Incidents au pied de la Tour Eiffel

Hier en début d’après-midi en France, une bataille a éclaté entre les policiers et les vendeurs à la sauvette de la Tour Eiffel. Pour cause, un de ces commerçants informels se serait électrocuté le vendredi dernier en traversant une ligne ferroviaire dans le but d’échapper aux forces de l’ordre. Bilan : trois policiers blessés et une dizaine d’interpellations.
Quand des asiatiques commençaient timidement ce commerce il y a quelques décennies autour de la Dame de fer, les autorités françaises n’auraient certainement pas imaginé un tel développement. Actuellement, on y trouve non seulement des ressortissants d’Inde ou du Pakistan, mais aussi des européens du Centre à l’instar des roumains et des africains dont des sénégalais et des gabonais. Une vraie industrie car un vendeur moyen gagnerait 400 euros (540 dollars) de bénéfice au quotidien. Cela se comprend aisément lorsqu’ils proposent des articles « made in china » trois ou quatre fois moins chers que chez les vendeurs officiels. C’est le cas des mini tours Eiffel qu’ils vendent à un seul euro (1,3 dollar) alors qu’elles devraient valoir au moins 3 euros (4 dollars).
Vu cette montée flagrante du secteur de l’informel, la France a décidé de durcir sa législation à ce sujet. Aux habituels policiers en civil, en uniforme ou à vélo commis à la sécurisation du site touristique se sont ajoutés les CRS depuis mars dernier dans un seul but : traquer ces vendeurs à la sauvette. En outre, actuellement, ces derniers peuvent être directement placés en garde à vue. Une grande révolution car, il y a moins d’un an, ces activités illégales étaient punies rien que par une contravention de 135 euros (185 dollars) et celle-ci n’était généralement pas réglée vu que l’inculpé, souvent en situation irrégulière ou sans domicile fixe, disparaissait dans la nature.
Avec ce durcissement législatif, d’autres incidents aussi violents auront certainement lieu, chose qu’il faudra maîtriser au mieux pour éviter des drames. Heureusement que pour celui d’hier, les blessures des policiers sont légères et les jours du vendeur électrocuté ne sont pas en danger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*