Le sentiment anti-américain se renforce en Irak après la mort du général iranien Soleimani

Le Parlement irakien a demandé hier dimanche au gouvernement de « mettre fin à la présence des troupes étrangères» dans le pays, suite à l’assassinat par l’armée américaine, du général iranien, Qassem Soleimani et du numéro deux des paramilitaires pro-Iran en Irak Abou Mehdi al-Mouhandis. 

Le président américain Donald Trump a menacé Bagdad de «très fortes» sanctions si les troupes américaines étaient contraintes de quitter l’Irak. Il a souligné que les Etats-Unis possèdent une base aérienne en Irak qui a coûté des milliards de dollars à construire et qu’ils ne partiront pas à moins d’être remboursés par l’Irak. 

La décision du Parlement irakien de réclamer l’expulsion de la coalition internationale du pays a été adoptée en présence du Premier ministre dmissionnaire, Adel Abdel Mahdi. Celui-ci a qualifié la mort de Qassem Soleimani et d’Abou Mehdi al-Mouhandis d’«assassinat politique» et appelé soit au départ immédiat des troupes étrangères, soit à une révision de leur mandat par un processus parlementaire. 

Depuis la frappe vendredi dernier, du drone américain qui a pulvérisé les deux véhicules à bord desquels se trouvaient le général Qassem Soleimani et Abou Mehdi al-Mouhandis, la multiplication des menaces de part et d’autre, font craindre une déflagration dans la région. 

L’Iran, où des foules immenses ont rendu hommage hier dimanche au général tué, crie à la «vengeance» et brandissent une riposte «militaire». 

Les Brigades du Hezbollah, la faction la plus radicale de la milice pro-iranienne Hach al-Chaabi, ont appelé samedi les soldats iraniens à s’éloigner «d’au moins 1.000 mètres» des sites où sont présents des soldats américains à partir de dimanche soir. 

Le mouvement chiite libanais Hezbollah, dont les hommes sont engagés en Syrie auprès du régime de Bachar al-Assad et de son allié iranien a affirmé de son côté que l’armée américaine «paierait le prix de l’assassinat» de Soleimani. 

Le président Donald Trump a quant à lui, averti que les Etats-Unis avaient identifié 52 sites en Iran et les frapperaient «très rapidement et très durement» si la République islamique attaquait du personnel ou des objectifs américains dans la région. 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*