Le chef du gouvernement irakien échappe de justesse à un attentat au drone piégé

Le domicile du chef du gouvernement irakien, Moustafa al-Kazimi à Bagdad, a été la cible d’une attaque aux drones piégés dans la nuit de samedi à dimanche. Deux appareils ont été abattus et le dernier a fait exploser sa charge, blessant deux gardes du corps du chef de l’exécutif.

Moustafa al-Kazimi est sorti sain et sauf d’une «tentative d’assassinat ratée» dans la nuit du samedi à dimanche, ont révélé des sources sécuritaires, précisant que «trois drones  piégés ont pris pour cible son domicile dans la capitale irakienne». A noter que cet attentat n’a pas encore été revendiqué.

Les mêmes sources ont assuré que deux de ces appareils «ont été abattus», tandis que le troisième drone est parvenu à faire exploser sa charge contre la résidence, blessant sur le coup deux gardes du corps du Premier ministre. Cette attaque prouve à suffisance l’escalade que connaît actuellement la crise dans ce pays.

Washington n’a pas tardé à dénoncer un «acte de terrorisme» alors que le chef d’Etat irakien, Barham Saleh, l’a assimilé à une «tentative de renversement de l’ordre constitutionnel».

C’est la première fois qu’est visé le domicile du Premier ministre irakien, aux commandes de l’exécutif depuis mai 2020. Cette attaque a eu lieu au moment où les formations politiques sont en pleine négociation en vue de constituer des coalitions parlementaires en fonction des résultats préliminaires des élections législatives du 10 octobre dernier.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*