Egypte : Les Etats-Unis s’opposent à la répression des ONG

A ce jour en Egypte, 28 activistes étrangers dont 17 américains et plusieurs européens sont sous le coup d’une enquête pour financement illégal et ont l’interdiction de quitter le territoire égyptien. De nombreux bureaux d’ONG ont été perquisitionné, ce qui n’a pas manqué d’éveiller des tensions entre les Etats-Unis et les autorités égyptiennes.
L’argument avancé par les autorités égyptiennes est la violation de la loi égyptienne sur le financement des associations. En effet, comme l’a rappelé en conférence de presse la ministre égyptienne de la Coopération internationale, Faiza Aboul Nagaa, qui avait déjà été ministre du temps de Moubarak, la Constitution égyptienne prévoit que le gouvernement soit tenu informé de tout versement d’argent aux associations, pratique qui est rigoureusement contrôlée. Or de l’aveu même de l’ambassadeur des Etats-Unis au Caire, les diverses ONG américaines actives en Egypte auraient reçu au seul titre de l’année dernière près de 40 millions de dollars. Selon Hafez Abou Saada, directeur de l’Organisation égyptienne pour les droits de l’homme, il s’agirait en fait d’une campagne des autorités du pays pour décrédibiliser les mouvements de démocratie et des droits de l’homme en Egypte. Les généraux du CSFA (Conseil Suprême des Forces Armées) auraient repris cette pratique en vigueur du temps du régime Moubarak.
Les Etats-Unis, dont plusieurs ressortissants activistes ont trouvé refuge à l’ambassade, ont exigé de l’armée égyptienne, qui reçoit chaque année 1.3 milliard de dollars US d’aide américaine, de remédier au plus vite à cette situation.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*