Mer du Nord : La société Total affronte un gros incident

Depuis ce dimanche 25 mars 2012, la compagnie pétrolière française Total fait face à une importante fuite de gaz sur sa plate-forme du gisement d’Elgin en mer du Nord, à environ 240 kilomètres au large de la ville d’Aberdeen en Ecosse. Hier encore, les dirigeants de la compagnie reconnaissaient que la fuite était loin d’être maitrisée.

En l’espace de 48 heures, ce sont 23 tonnes de gaz qui se seraient échappées de la plate-forme selon les estimations de Total, entraînant un nuage de gaz sur la zone avec des risques d’inflammation et de toxicité. En réaction, Total a déclenché un plan d’urgence. Les 238 personnes présentes sur sa plate-forme ont été évacuées dès la nuit de dimanche à lundi en même temps qu’était coupée l’alimentation en électricité pour limiter les risques d’explosion. Des experts venus de France et d’autres spécialistes ont été sollicités par Total pour circonscrire la fuite et une zone d’exclusion maritime de 3.7 kilomètres a été instaurée et les avions et les hélicoptères interdits de survol dans le but, d’après les garde-côtes, de permettre aux équipes d’intervention de travailler en toute sécurité.

Mais la bataille est loin d’être gagnée. Un des représentants de Total aurait estimé qu’il faudrait jusqu’à six mois à la compagnie pour venir à bout de cette fuite, déjà présentée comme le plus gros incident pour Total en mer du Nord depuis au moins dix ans. A cette annonce, le titre à la Bourse de Paris à perdu 5.96 % à 51.46 dollars US à la fermeture, dans un marché en recul de 0.92%.

A propos de Fitzpatrick Georges 1374 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*