France/Turquie : L’heure du ‘’dégel’’ et tout va pour le mieux

Le ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, a reçu jeudi son homologue turc, Ahmet Davutoglu, en visite en France. L’occasion pour le chef de la diplomatie turque d’annoncer officiellement la levée des sanctions contre Paris en rapport avec le génocide arménien.

Vraisemblablement, Paris et Ankara veulent se donner une chance : « nous avons eu l’occasion … de montrer notre volonté d’ouvrir une toute nouvelle ère dans nos relations bilatérales », a déclaré M. Davutoglu au sortir de son entretien avec M. Fabius. Pour ce dernier, la Turquie est « un grand pays avec lequel la France entretient une tradition d’amitié à l’égard de laquelle nous voulons donner une nouvelle étape ». Ce renouveau, dont les deux ministres ont fait allusion, n’a pas tardé à se concrétiser. M. Davutoglu a profité de l’occasion pour officialiser la normalisation avec la France : « en raison des quelques difficultés que nous avions connues par le passé, la Turquie avait pris une série de mesures à l’encontre de la France », a-t-il reconnu. Et de rajouter, « je voudrais l’annoncer ici officiellement que ces mesures ont été totalement levées ». Dans la foulée, le haut-responsable a affirmé que la procédure menant vers la réouverture des deux consulats turcs en France (Nantes et Bordeaux) a été immédiatement lancée.

Pour rappel, la Turquie avait décidé de rompre toute relation diplomatique avec la France, dont l’Assemblée Nationale avait adopté, l’année dernière, un projet de loi contre la négation du génocide arménien. Mais, le texte avait fini par être rejeté par le Conseil Constitutionnel.

A propos de Fitzpatrick 1314 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*