Afrique du Sud : Zuma mis à mal par l’opposition

Le président sud-africain est aujourd’hui mis en cause par les députés de l’opposition au sein du parlement. Une motion de censure a été déposée la semaine dernière pour cause d’immixtion de l’exécutif dans la judiciaire, de corruption et surtout d’incapacité à résoudre les problèmes économiques du pays. À la surprise de l’opinion, les 8 partis d’opposition représentés au parlement ont agit unanimement en demandant l’ultime sanction contre Jacob Zuma. Cette défiance pourrait conduire à une destitution du président et de son équipe.

En effet selon la constitution si l’assemblé nationale adopte une motion de censure contre le président, celui-ci et son gouvernement sont dans l’obligation de démissionner. Cette procédure a été initiée suite à une série de scandales qui impliquent le président sud-africain. Cependant la demande de l’opposition a très peu de chance d’aboutir à un résultat dans la mesure où le Congrès national africain (ANC), parti de Zuma, dispose de 264 sièges de députés sur 400 à l’assemblé. Les experts de la politique du pays considèrent que cette motion est bien plus dévastatrice pour la personne de Jacob Zuma que pour l’ANC. En effet elle survient alors que le président se présente comme candidat à sa propre succession, le mois prochain, à la tête de son parti.

Plusieurs millions de sud-africains vivent encore dans des bidonvilles et certains d’entre eux sont actuellement déçus par la politique gouvernementale. Au delà de l’aboutissement de cette procédure  les observateurs estiment qu’une ligne a été franchie et cela reste un signal fort contre le parti de Nelson Mandela qui est au pouvoir depuis la chute de l’apartheid. Le parti a longtemps représenté la volonté du peuple et surtout la fierté des franges sociales les plus démunies des communautés noires.

Avec les scandales qui ont entachés le précédent gouvernement et celui-ci, l’ANC semble perdre de son aura sacré. Par ailleurs les crises économiques qui ont frappé le pays, intensifiant les problèmes d’emplois, ont contribué à la désacralisation de ce parti mythique de l’histoire sud-africaine.

A propos de Fitzpatrick 1366 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*