Egypte : déstabilisation des médias par la justice

6061612-egypte-il-existe-des-risques-de-destabilisationUn coup de balai dans les médias égyptiens. D’après les dernières informations, la justice égyptienne a décidé, ce mardi, d’ordonner  la fermeture définitive de quatre  chaines de télévisions. Il s’agit  d’Al-Jazira,  Ahrar 25, la chaîne des Frères musulmans et deux   autres chaînes considérées comme islamistes, Al-Quds et Al-Yarmouk. L’Egypte a aussi expulsé  quelques journalistes étrangers. La guerre aux médias, surtout étrangers, lancée par le régime actuel continue de faire ses ravages.

La diffusion de plusieurs télévisions islamistes avait été coupée quelques heures après la destitution et l’arrestation de l’ancien président élu Mohamed Morsi par l’armée. La couverture des derniers rassemblements pro-Morsi par Al-Jazira Moubasher Misr, spécialisée dans la retransmission en direct d’événements, a suscité la colère de l’armée. Cette station s’était plainte de l’existence d’ une « campagne »  de déstabilisation menée contre elle depuis qu’elle a publié une video dans laquelle M. Morsi  rappelait qu’il est le seul président « légitime » d’Egypte. Dimanche, trois journalistes    travaillant pour la chaîne qatarie en anglais ont vu leur séjour refusé en Egypte. Et parallèlement un correspondant  travaillant pour  Al-Jazira en langue arabe  et un caméraman de la station égyptienne de la chaîne satellitaire également ont  été incarcérés  pendant plus d’un moi

Certaines médias étrangers dont Al-Jazira sont accusés par les autorités de de couvrir de façon partiale les événements sanglants qui ont suivi la destitution de M. Morsi.  C’est pour cela que, Lundi, la justice avait pris une décision de fermer d’une manière définitive  les portes de la chaîne islamiste Al-Hafez pour atteinte à l’unité nationale et incitation à la haine contre les chrétiens. En effet ses présentateurs  avaient choqués à plusieurs les chrétiens d’Egypte et des libéraux par leurs propos provocateurs.

A propos de Fitzpatrick 1366 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*