Irak : Série d’attentats meurtriers

Lundi, au moins 22 personnes sont mortes à Bagdad suite à trois attentats perpétrés en l’espace d’une heure, semant la terreur qui s’est emparée de la capitale irakienne.

attentat-ei
Pour cause, trois attentats ont eu lieu lundi dans des quartiers chiites, faisant au moins 22 morts. Ces victimes étaient dans la foule alors que des friandises étaient distribuées dans le cadre de la fête chiite de l’Aïd al-Ghadir. Plus précisément, ces attaques se sont déroulées à Kazimiya et Sadr City. D’après la police, ces quartiers sont souvent le théâtre d’attentats. Parmi ceux-ci, il y avait au moins deux attentats-suicide à la voiture piégée. Pour l’heure, les trois attaques n’ont pas fait l’objet de revendication. Mais, bien entendu, l’EI est fortement soupçonné d’en être responsable du fait qu’il contrôle d’importantes portions dans le nord du territoire irakien.

Ces évènements tombent très mal alors que les rebelles sunnites gagnent du terrain au détriment de l’armée régulière dans l’ouest du pays et, particulièrement, dans la province d’Al-Anbar. D’après Faleh al-Issawi, deuxième personnalité du conseil provincial, « 85 % de cette dernière région est sous le contrôle de l’EI ».A noter que, dans cette province frontalière à la Syrie, la Jordanie et l’Arabie Saoudite, l’EI a toujours gardé la main, même en plein repli dans le nord de l’Irak alors confrontée aux militaires loyalistes et aux frappes aériennes de la coalition internationale.

Ces rebelles se sont emparés dimanche de la ville de Hit, ce qui entraîné un exode de la population vers Ramadi et Khalidia(est).Les Nations Unies ont estimé à 180000 les personnes qui ont pris la fuite.

A propos de Fitzpatrick 1349 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*