Brésil : Difficultés pour la formation d’un nouveau gouvernement

brazil-politics-dilmaLe 1er janvier prochain, date du début du second mandat de Dilma Rousseff à la tête du Brésil, un nouveau gouvernement doit être investi. La dirigeante brésilienne, qui a d’ores et déjà nommé une douzaine de membres de cette équipe exécutive, reste en pleines tractations.

Il s’agit d’un remaniement progressif. Pour cause, Mme Rousseff mesure sans doute les multiples défis qu’elle est appelée à relever. D’où elle veut avant tout assurer une certaine stabilité à son administration. Ce qui n’est pas évident dans un contexte économique et politique difficile, dans lequel le Brésil connait un ralentissement de son activité et le pouvoir ne disposant que d’une étroite majorité au Congrès. Comme si cela ne suffisait pas, le scandale de corruption au sein de la compagnie pétrolière Petrobras, qui a récemment éclaté, menace la classe politique. De ce qui précède, Mme Rousseff a d’abord voulu faire examiner sa liste de pressentis membres de l’Exécutif par le ministère public, de sorte à éliminer tout corrompu. Mais, le service sollicité à cette instance a décliné cette offre.

A l’heure actuelle, la composition du gouvernement n’est connue que partiellement. Après plusieurs revendications auprès de la cheffe d’Etat, le Parti du Mouvement Démocratique Brésilien, qui est le premier allié de la formation politique au pouvoir, a raflé six postes ministériels, autrement dit un de plus que dans l’équipe exécutive précédente. De son côté, le Parti des Travailleurs de Dilma Rousseff a perdu le portefeuille de l’Education en faveur du Parti Républicain de l’Ordre Social. Pour rappel, cette formation au pouvoir avait déjà dû renoncer au ministère des Finances le mois dernier.

Plusieurs autres partis ont tiré leur épingle du jeu .C’est le cas, entre autres, du Parti Social Démocratique, qui obtient le ministère de la Ville, ou du Parti Républicain Brésilien, détenteur de celui des Sports. A noter que la majorité présidentielle est constituée de 28 formations politiques. Et, il reste encore à Mme Rousseff de nommer une vingtaine de ministres.

A propos de Fitzpatrick 1331 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*