Irak : l’ONU dresse un lourd bilan humain

A Syrian refugee family carries 18-day-old triplets, whose mother died during childbirth in a nearby hospital, in a refugee camp near Zahle town in the Bekaa ValleyLes Nations Unies ont publié dimanche un bilan portant sur les victimes des violences en Irak : au cours du mois de janvier, les combats opposant les forces de l’ordre et leurs alliés aux éléments du groupe Etat Islamique (EI) ont entraîné la mort de 1 375 personnes au minimum parmi les civils et les forces de sécurité et hormis les djihadistes.

« Un total de 1 375 Irakiens ont été tués en janvier et 2 240 autres blessés dans des actes de terrorisme et de violence », a rapporté la Mission d’Assistance de l’ONU en Irak (UNAMI). Au cours du mois précédent, au moins 1 101 sont mortes en Irak, toujours selon les Nations Unies. Ainsi, 2014 est devenue l’année la plus meurtrière dans ce pays à dater de 2007, au plus fort des violences confessionnelles opposant alors chiites et sunnites. L’UNAMI a reconnu éprouver des difficultés à vérifier les victimes suite au conflit entre le groupe EI et les forces pro-gouvernementales, lesquelles sont constituées de l’armée, des combattants kurdes ou peshmergas, des miliciens chiites et des tribus sunnites. A ce propos, 1 408 personnes sont mortes en janvier parmi les civils et les forces de sécurité d’après les statistiques du gouvernement irakien. La même source a fait état de 2 008 blessés. Ce qui diffère des chiffres de l’UNAMI.

Le groupe EI a lancé, depuis début juin dernier, une vaste offensive en Irak au cours de laquelle il a pris le contrôle d’importantes parties du territoire. Néanmoins, les forces pro-gouvernementales, soutenues par les frappes aériennes de la coalition internationale anti-djihadiste, ont récemment réussi à récupérer du terrain aux rebelles.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*