Arabie Saoudite : un déficit budgétaire à l’horizon selon le FMI

fmi-prev-ksaLe Fonds Monétaire International (FMI) a estimé mardi que l’Arabie Saoudite va enregistrer, en 2015, un déficit budgétaire à hauteur de 20 % de son PIB suite à la chute de ses revenus pétroliers.

Au terme d’une visite dans le royaume wahhabite, une équipe du FMI a conclu que les dépenses du gouvernement saoudien devraient demeurer importantes au cours de cette année pour diverses raisons alors que ses revenus pétroliers ont reculé. D’où, « le déficit devrait atteindre environ 20 % du PIB pour 2015, soit quelque 130 milliards de dollars pour un PIB de 649 milliards », pense cette équipe.

De l’avis du FMI, la forte contraction des cours du brut a donné lieu à un recul important des revenus de l’Etat saoudien. Toutefois, les retombées sur le reste de l’économie de ce pays sont, pour l’heure, limitées grâce aux fortes dépenses publiques consenties. L’équipe de l’institution de Bretton Woods table sur une croissance de 3,5 % en 2015, ce qui équivaudrait à celle de l’année dernière. Pour ce qui est de 2016, la même équipe s’attend plutôt à une régression à 2,7 % de la croissance économique.

De juin 2014 à janvier dernier, le prix du baril de brut est passé de 115 dollars à 46 dollars. Depuis, il est remonté pour se stabiliser autour de 65 dollars. Pour information, l’Arabie Saoudite tire plus de 90 % de ses revenus publics de l’activité pétrolière. Ce riche royaume du Golfe est le premier exportateur de pétrole à l’échelle mondiale, avec une capacité d’extraction de 10,3 millions de barils par jour. Le mois dernier, le FMI a conclu que le baril doit coûter plus de 100 dollars pour permettre à Riyad d’équilibrer son budget.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*