Syrie : Alep-est risque d’être entièrement rasée dans deux mois

L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura a lancé hier jeudi, un cri d’alerte prévenant qu’au rythme actuel des bombardements aériens, dans deux mois, la partie est d’Alep risque d’être totalement détruite.

Staffan de Mistura s’en est tout particulièrement pris à la Russie, assurant  que les avions russes bombardaient sans discrimination une ville abritant des centaines de milliers de civils, pour tenter d’éradiquer seulement quelques centaines de djihadistes.

Selon l’envoyé spécial de l’ONU, les combattants djihadistes dans la partie est d’Alep seraient au nombre de 900 et appartiendraient au Front Fateh al-Cham, l’ex Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, combattants qu’il a appelés à quitter les quartiers. Hier jeudi, le régime de Damas et la Russie poursuivaient leur vaste offensive militaire aéroterrestre et sont parvenus à reprendre de nouvelles positions rebelles.

Malgré l’annonce par Damas mercredi soir de réduire l’intense campagne de bombardements menée depuis plus de dix jours, l’avancée des troupes loyalistes s’est accélérée.

Dans une interview livrée à la télévision danoise TV2, le président Bachar al-Assad a averti jeudi, les rebelles d’Alep que ses forces n’auront «pas d’autre option» que de les chasser de la ville s’ils ne signent pas un accord de paix avec le gouvernement. En 2 semaines, les raids aériens syriens et russes ont fait 376 morts et 1.266 blessés.

Juste après le cri d’alerte lancé par Staffan de Mistura sur Alep, la Russie a demandé une réunion en urgence du Conseil de sécurité des Nations unies pour pouvoir entendre un compte-rendu de l’envoyé onusien.

Entre 250 et 275.000 personnes, dont 100.000 enfants, selon les estimations, sont toujours présentes à Alpe-est, totalement assiégée par les troupes du régime et inaccessible à l’aide internationale. Les 15 membres du Conseil de sécurité étudient depuis lundi le projet de résolution français, qui appelle à rétablir un cessez-le-feu à Alep pour permettre un accès humanitaire aux quartiers assiégés.

A propos de Fitzpatrick 1300 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*