Amnesty International épingle le Bahreïn pour les violations des droits humains

Amnesty International dénoncé dans un nouveau rapport intitulé « Personne ne peut vous protéger », la situation des droits humains à Bahreïn et les méthodes du pouvoir pour réprimer toute opposition.

Dans le contexte des printemps arabes dans la région MENA en 2011, des soulèvements ont eu lieu à Bahreïn. Ce mouvement a été violemment réprimé. D’après le rapport d’Amnesty International, le gouvernement bahreïni a multiplié depuis lors, les arrestations arbitraires, le harcèlement et la torture.

L’opposante bahreïnie Asma Darwish, présentement réfugiée en France avec son époux Hussein Jawad, a relaté son expérience à la presse. Ce couple protestait en 2011 pour réclamer des réformes à Bahreïn.

Depuis, Hussein a été emprisonné à maintes fois. Son dernier séjour carcéral remonte à 2015, d’après sa conjointe. «Il a été torturé une semaine avec interdictions prolongées de s’asseoir ou de se rendre aux toilettes avec de très longs interrogatoires, jusqu’à 12 heures par jour», relate-t-elle précisant qu’«il a été frappé, battu, il a reçu des coups de pieds et des gifles et il a été harcelé sexuellement».

Il a passé 4 mois en prison, puis on lui a donné 3 mois pour quitter le pays, sinon on le menaçait de le remettre en détention et de lui «briser les os », a ajouté Asma.

Toujours dans le même rapport, Amnesty s’est dite préoccupée du mutisme des puissances occidentales devant les violations des droits de l’Homme dans ce pays du Golfe.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*