La justice brésilienne contraint Facebook de bloquer des comptes de proches à Bolsonaro

Facebook a qualifié samedi dernier d’ « extrémiste » la décision de la justice brésilienne de bloquer les comptes de 12 principaux alliés au chef d’Etat Jair Bolsonaro. Dans la foulée, l’entreprise américaine a promis de faire appel.

Plus précisément, il s’agit d’une décision d’un juge de la Cour suprême du Brésil. Cette instance mène actuellement des investigations sur des rumeurs d’après lesquelles des proches du dirigeant d’extrême droite mènent une campagne sur les réseaux sociaux visant à la décrédibiliser et intimider ses magistrats. Dans ce contexte, les relations entre cette Cour et Jair Bolsonaro sont de plus en plus difficiles.

« Cette nouvelle décision de justice est extrémiste, elle représente une menace pour la liberté d’expression et entre en conflit avec les lois et les juridictions du monde entier », a estimé Facebook à travers un communiqué.

Rappelons que le mois dernier, le magistrat Alexandre de Moraes avait ordonné de bloquer 12 comptes sur le réseau social Facebook et 16 autres sur Twitter afin de mettre un terme à « la diffusion de fausses nouvelles, d’accusations diffamatoires, de menaces et de crimes » contre la Cour.

Du nombre des comptes bloqués faisaient partie ceux de l’ex-député conservateur Roberto Jefferson, du businessman Luciano Hang et de l’activiste d’extrême droite Sara Winter. Le 25 juillet dernier, Facebook et Twitter avaient exécuté cette décision de justice mais seulement en cas de tentative d’accès à l’intérieur du pays. Du coup, les titulaires de ces comptes ont commencé à contourner la suspension en expliquant à leurs followers comment y accéder via l’international.

En réaction, le même juge a demandé jeudi à Facebook et à Twitter de bloquer l’accès à ces comptes à l’échelle mondiale. Suite au refus de Facebook d’obtempérer, ce magistrat a condamné cette entreprise à s’acquitter d’une amende de 1,9 million de réaux (près de 340 000 dollars) et a adressé une convocation à son patron, Conrado Lester.

Ne voulant pas que ce dernier soit considéré comme responsable de cette situation sur le plan juridique, Facebook s’est finalement exécuté tout en annonçant qu’il allait faire appel devant la Cour suprême brésilienne.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*