Suisse : les salariés français sont paresseux

3013871_usine-greveL’image des travailleurs français à l’international, selon un article du journal suisse Le Matin Dimanche, les français sont considérés comme paresseux et arrogants dans les milieux des employeurs helvétiques. Les espagnols et les portugais auraient bonne presse par rapport aux ressortissants de l’hexagone. Interrogée, une responsable de recrutement dans le secteur de la construction a affirmé que statistiquement les employé français étaient souvent malade les lundis et les vendredis. Cette réputation a conduit à une forte discrimination à l’embauche à l’encontre des français.

Or, les accords de libre circulation signés entre la Suisse et l’Union ont consacré le principe d’égalité de chance entre les différents ressortissants sur les deux territoires. Aujourd’hui encore, plusieurs annonces pour des offres d’emploi stipulent dans les critères d’éligibilité, la nationalité suisse ou encore la résidence. Les raisons invoquées pour soutenir cette politique sélective sont diverses. Par ailleurs, un vieil adage stipule qu’il n’y a pas de fumée sans feux, si ces critiques convergent essentiellement vers les ressortissants français alors ces derniers doivent se poser de questions. En effet, il y a seulement 4 mois, se sont les américains qui se plaignaient des ouvriers. Pour l’anecdote, le président d’un groupe américain affirmait que les employés français touchaient des gros salaires, ne travaillaient que 3 heures tandis que les 6 heures restantes étaient consacrés aux causettes et différentes pauses déjeuners.

La France est connue pour dorloter ses salariés et ce facteur sera certainement un élément contre-producteur dans leur compétitivité. Avec un gouvernement socialiste en place, cette image semble se renforcer et les quelques français désirant travailler ailleurs que dans l’hexagone en paient le prix fort. Les français devraient lancer une campagne pour redorer leur blason et surtout se mettre à la tâche pour que sur le terrain il n’y ai rien à reprocher.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*