Inde : Les élections locales remportées par le BJP

La publication dimanche des résultats des élections organisées mercredi dernier dans les Etats indiens de Maharastra et d’Haryana traduit une progression du BJP, le parti nationaliste hindou, du Premier ministre Narendra Modi. Celui-ci est ainsi conforté dans la réalisation des réformes économiques envisagées sur le plan national.

bjpLe succès du BJP a une saveur particulière pour le Premier ministre Narendra Modi qui s’est personnellement investi dans la campagne pour ces élections régionales. Dans l’Etat occidental de Maharastra, où se trouve Bombay, la capitale financière de l’Inde, le BJP a obtenu 26.6% des voix. Ce résultat ne devrait cependant pas lui permettre d’obtenir la majorité absolue dans le parlement local qui compte 288 élus, malgré un fort probable doublement de sa représentation.

Par contre, avec 33.6% des suffrages obtenus, le BJP s’empare de la majorité absolue des 90 sièges du parlement régional de l’Etat d’Haryana, frontalier de la capitale New Delhi. Les Etats de Maharastra et d’Haryana étaient des bastions du parti du Congrès. Ce dernier subit encore un deuxième camouflet en quelques mois, après sa défaite face au BJP lors des élections nationales de mai dernier.

Avec ce nouveau succès, le Premier ministre indien a les coudées franches pour accélérer le rythme de ses réformes économiques sur le plan national. Pour sortir l’économie indienne de sa léthargie, le Premier ministre indien a remanié son équipe de conseillers économiques en plaçant à sa tête Arvind Subramanian, un expert résidant aux Etats-Unis.

La veille de la publication des résultats, le gouvernement indien avait annoncé la suppression du contrôle des prix du gazoil et le relèvement du tarif du gaz naturel pour libéraliser le marché de l’énergie dans le but à la fois d’attirer les investissements, renforcer la concurrence et limiter les coûts des politiques de subventions.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*