Des djihadistes étrangers otages de l’EI

Le journal anglais The Observer a relayé le témoignage d’un ancien détenu de Guantanamo dénommé Bay Moazzam Begg, selon lequel plus d’une trentaine de jeunes Anglais partis faire le djihad en Syrie seraient menacés de mort « par la direction de l’Etat islamique » s’ils tentent de fuir les combats.

moazzam-beggAu départ, l’objectif de ces candidats au djihad était la guerre contre le régime de Bachar al-Assad.Ils ne se seraient ralliés aux factions du groupe Etat islamique qu’à la faveur des réorganisations des troupes islamistes en Syrie et des ralliements de leurs leaders à l’armée naissante de Daesh. Mais les luttes intestines des rebelles, notamment avec ceux qui ne partageaient pas les idées de l’organisation Etat islamique, et probablement les exactions de cette dernière, ont vraisemblablement fini de rebuter ces djihadistes étrangers.Trop tard malheureusement puisqu’ils se retrouvent coincés entre le marteau et l’enclume. Après avoir prêté allégeance suite à la formation du califat de l’Etat islamique, ils sont désormais passibles de sanctions pouvant aller de la prison à la menace de mort, et même l’exécution sommaire est possible, s’ils dévient ou désobéissent.

Les trois années de guerre civile en Syrie ont conduit à la plus forte mobilisation étrangère depuis la guerre d’Afghanistan dans les années 1980.Selon le Centre international pour l’étude de la radicalisation du King College de Londres, cinq cents Britanniques se trouveraient actuellement en Syrie sur les 12 000 étrangers, dont 3 000 Européens venus de 74 pays différents. Selon le journal The Observer, les enrôlements d’Anglais seraient facilités par le fait que beaucoup d’anglophones fassent partie de l’Etat islamique bien plus que par l’idéologie. Les autorités britanniques, et notamment religieuses, continuent à multiplier leurs efforts pour décourager les jeunes musulmans à rejoindre les combats après l’annonce de la mort la semaine dernière de deux jeunes Britanniques dans la zone de Kobané qui faisaient partie d’un groupe de six jeunes de Portsmouth partis faire la guerre en Syrie et en Irak.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*