Production pétrolière : Le Koweït cherche la normalisation avec l’Arabie Saoudite

Actuellement, la production pétrolière au niveau de la zone neutre exploitée conjointement par l’Arabie Saoudite et le Koweït est suspendue. Un différend que le dernier pays a relativisé par la voix de son ministre de tutelle.

al-omair« Nous espérons régler le problème par le dialogue et les contacts », a déclaré le ministre koweitien du Pétrole, Ali al-Omair, repris dimanche par l’agence koweitienne Kuna. Cette autorité est convaincue que ce différend n’aura pas d’impact dans les rapports entre ces deux Etats limitrophes. Dans le même ordre d’idées, le sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères koweitien, Khaled al-Jarallah, a précisé que « cette suspension est due à des raisons purement techniques et non politiques ». Un discours qui montre clairement la volonté du Koweït d’apaiser les tensions.

Pour rappel, une organisation syndicale koweitienne dans le secteur du pétrole avait regretté, la semaine dernière, la décision prise par l’Arabie Saoudite de suspendre la production d’un gisement situé dans la zone neutre d’une capacité de 310 000 barils/jour. A noter qu’en général,700 000 barils sont produits quotidiennement dans la zone neutre et répartis équitablement entre le Koweït et l’Arabie Saoudite. D’après la presse koweitienne, l’Arabie Saoudite a justifié sa décision par des besoins de protection de l’environnement. Toutefois, la même source estime que le vrai motif de l’arrêt de la production réside dans les différences de points de vue entre les deux pays voisins à propos du projet koweitien d’installer une grande raffinerie sur le site d’Al-Zour. Situé non loin de la zone neutre, celui-ci permet l’exportation d’une partie de la production pétrolière.

En attendant que ce différend soit résolu, le Koweit et l’Arabie Saoudite peuvent faire face à cette baisse de production pétrolière grâce à leurs capacités respectives.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*